L’anatomie humaine, une esthétique

L’histoire des études anatomiques, associée à Vésale et les mises en scène captées par l’imaginaire des artistes, de figures hybrides, d’images chimériques, de représentation organique, de présence de fluides, de chairs, de peaux, ont exprimé une autre perception du corps humain.

Au départ, perçu comme symbole de la mort alors objet de médecine, le corps devient synonyme de beauté, d’érotisation, de limites, de « technè »1, entendue « comme la relation et l’équilibre entre forme et fonction2 »

L’art de l’anatomie artistique scientifique se développe dès le XVe siècle en corrélation avec l’émergence de l’humanisme. La multiplication des séances de dissection des corps par les savants et les artistes, entraînent une réalisation florissante de traités d’anatomie, et d’imageries anatomiques artistiques et scientifiques. Cette démarche liée à la fois à la science et à l’art, rend compte de l’aboutissement d’une volonté profonde des protagonistes d’enrichir et d’approfondir les connaissances du corps humain dans ses moindres détails.

Drs Bourgery et Claude Bernard, et dessins de N.-H. Jacob, Traité complet de l’anatomie de l’homme comprenant l’anatomie chirurgicale et la médecine opératoire, Tome 2, L. Guérin et Cie éditeurs, 1867-1871, pl. 85

Le corps s’éloigne de plus en plus de la représentation macabre du corps desséché, privilégie un corps propre, net et nettoyé3. Une esthétique anatomique se met ainsi en place et favorise la mise en scène travaillée du cadavre, du corps disséqué. 4

Le fonds de la bibliothèque Les Beaux-Arts de Marseille rassemble un fonds d’ouvrages d’anatomie artistique mais également des ouvrages d’anatomie scientifique et médicale dont certains spécialisés en chirurgie.5

La bibliothèque de l’école Les Beaux-Arts de Marseille dispose d’ouvrages anciens sur le thème de l’anatomie humaine. Autant portés sur l’anatomie chirurgicale et médicale6 que sur les anatomies artistiques7. Ces ouvrages sont une source majeure de la conception du corps humain, de son articulation ainsi que de sa mouvance.

Drs Bourgery et Claude Bernard, et dessins de N.-H. Jacob, Traité complet de l’anatomie de l’homme comprenant l’anatomie chirurgicale et la médecine opératoire, Tome 1, L. Guérin et Cie éditeurs, 1867-1871, pl. 4

Cette présence singulière de livres médicaux illustrent le fait que ces ouvrages spécialisés sur le corps humain ne s’adressent pas uniquement aux artistes ou aux médecins, mais que leurs contenus sont conçus pour différents usages, et lecteurs. Ce n’est qu’au XIXe siècle, que la conception d’ouvrages d’anatomie artistique à l’intention des artistes devient florissante (plus communément appelés « anatomie artistique »).

Ces livres illustrent une esthétique anatomique particulièrement précise et juste des parties internes du corps humains à travers les représentations osseuses et dépouillées de peau (os, muscles, veines, articulations). La dissection médicale a beaucoup aidé les nouvelles reproductions du corps humain et a réuni les scientifiques et les artistes autour d’une même thématique : la représentation anatomique de l’homme, sa compréhension et son perfectionnement dans la science comme dans l’art.

Paul Richier, Nouvelle anatomie artistique du corps humain, tome 3. Plon-Nourrit et Cie imprimeurs-éditeurs, 1921, fig. 123, p. 161

Cette recherche de l’exactitude de la forme humaine est l’usufruit d’une « rupture avec une tradition où l’anatomie était utilisée comme support d’un art macabre dont les proportions étaient souvent fausses, les positions erronées et les poses fantaisistes8 ».

Au fur et à mesure des siècles, les traités d’anatomie humaine se sont intéressés à la mouvance du corps, à la posture des membres et aux gestes. Les scientifiques et les artistes ont élargi leurs recherches sur l’identification « des procédures induisant des postures, définissant un usage de l’espace, du temps, des langages, la disposition de nos corps comme de nos pensées9 ».

Il s’agit de dessiner le nu en connaissance de cause, d’explorer la profondeur pour dominer la surface. Voir et savoir se superposent. L’œil veut saisir sur le vif ce que le scalpel dissèque sur le mort.

Philippe Comar, Les images du corps. Paris, Gallimard, 1993

Quelle lecture aujourd’hui des corps dans l’histoire de l’art, quels concepts et quels enjeux esthétiques pouvons-nous entrevoir ?

Signifier le corps humain reste toujours au centre de nombreuses investigations et expérimentations artistiques. Du corps en acte au corps textuel, glorieux, genré, souffrant, il s’incarne aussi dans le corps prothèse de Sterlac. Le corps de l’artiste ou le corps-œuvre participe à la connaissance de l’anatomie humaine, renforcée par les technologies médicales permettant de le découvrir en mouvance sans effraction, sans intrusion.

Virginie Luc, Art à mort. Éditions Léo Scheer, 2002, p. 157. Sterlac « un corps sans âme »

Ainsi, le corps humain, sa compréhension, sa morphologie et sa représentation sont toujours au centre de nombreuses œuvres contemporaines. Certains artistes s’attachent à appréhender le corps humain au-delà de ses proportions, celui-ci devient à la fois le sujet de l’œuvre et la forme de l’œuvre (lors de performances et d’installations). Au-delà de ça, le corps mutant, le corps augmenté ou bien encore le corps robotisé s’inscrivent dans cette recherche des limites du corps humain et surtout dans le dépassement de ces limites physiques.

Les technologies et les avancées médicales (greffe d’organes d’un autre individu ou artificiel) entraînent une perméabilité des frontières entre perception de soi et du monde.10 Les artistes contemporains s’interrogent sur ce trouble des frontières et ils font part de leur propre perception du phénomène à travers leurs œuvres qui « établissent un lien étroit entre intériorité organique et autoportrait, entre connaissance de soi, conscience de soi et anatomie. La limite entre l’artiste et son œuvre tend parfois à s’effacer […] »11.

Où commence le corps et où finit-il ? Sont le point de départ d’un questionnement sur la frontière du corps, sur la perception et sur la création artistique à partir du corps humain, de l’anatomie humaine.

Les artistes « interrogent la dimension corporelle de l’expérience humaine »12. Ils continuent à penser le corps comme pouvoir et acte de subversion, expérimentés par la performance corporelle. Conjointement l’anatomie artistique poursuit une trajectoire changeante et étudie le vivant, qui ont inspiré l’artiste Eduardo Kac ou le collectif Art Objet Orienté autour du bioart13.

Cette réflexion créative et artistique autour de la vie et du vivant se manifeste par l’hybridation du corps humain, animal et végétal ou encore par sa synthétisation des différents corps afin de concevoir un nouveau corps. Cette pratique artistique se heurte à l’éthique, et aux frontières entre illicite et licite.

Des artistes, comme Kiki Smith14, ont placé le corps au cœur de leurs œuvres et se sont questionnés sur l’organisme de l’être humain. Perçu comme sujet d’intérêt, les parties du corps, le corps dans son intégralité, l’intérieur du corps, ses fluides, ses organes font de lui un « objet » à manipuler, à moduler et à transformer par l’artiste. Prolonger le corps humain, à la manière de Rebecca Horn, par une augmentation d’une partie du corps devient alors une source de création artistique.

L’anatomie humaine artistique a multiplié la construction du regard, radiographié le détail et repenser le corps comme réflexion esthétique. Objet matériel et référence à la science, le corps s’expose et son histoire artistique poursuit ses mutations !


Pour citer ce billet : “L’anatomie humaine, une esthétique”, par Christine Mahdessian et Solweig Cussac. Publié dans La Pépite le 30 janvier 2020. [En ligne] Lien : https://lapepite.hypotheses.org/?p=159

  1. Jean-Luc nancy, Corpus, « Techné des corps ». Paris : Éditions Metailié, 2006. Jean-Luc Nancy expose le principe que « la création est la techné des corps. […] Notre monde est le monde de la « technique », le monde dont le cosmos, la nature, les dieux, le système complet dans sa jointure intime s’expose comme « technique » : monde d’une écotechnie » []
  2. Marco Bussagli, Le corps anatomie et symbole. Paris : Édition Hazan, 2005. []
  3. Hicham-Stéphane Afeissa, L’esthétique de la charogne, éditions Dehors, 2019 []
  4. En référence à la figure de la beauté disséquée de Jacques-Fabien Gautier d’Agoty surnommé l’Ange anatomique. Sa posture, la netteté des traits, la flamboyance rougeâtre de la chair vif, érotise l’aspect du corps mort. Jacques Prévert place cette découpe de corps dans un de ses collages qu’il surnomme Image vertébrale et prévertébrale ou Haute couture. Magali Vène, Écorchés : l’exploration du corps, XIVe – XVIIIe siècle, éditions Albin Michel, bibliothèque national de France, 2001 []
  5. Traité complet de l’anatomie de l’Homme, comprenant l’anatomie chirurgicale et la médecine opératoire, par les Drs Bourgery et Claude Bernard et le professeur-dessinateur-anatomiste N.H. Jacob, 1867-1871 []
  6. Drs Bourgery et Claude Bernard, et dessins de N.-H. Jacob, Traité complet de l’anatomie de l’homme comprenant l’anatomie chirurgicale et la médecine opératoire. L. Guérin et Cie éditeurs, 1867-1871. Drs C. Bonamy et Paul Broca et dessins de Émile Beau, Atlas d’anatomie descriptive du corps humain.Victor Masson et fils, [1866] []
  7. Paul Richier, Nouvelle anatomie artistique du corps humain. Plon-Nourrit et Cie imprimeurs-éditeurs, 1921. Arnould Moreaux, Anatomie artistique : précis d’anatomie osseuse et musculaire. Librairie Maloine, S.A., 1947. Alphonse Lamy, Anatomie artistique : myologie superficielle du corps humain. J.-B. Baillière et fils Libraires-éditeurs, 1861 []
  8. Hicham-Stéphane Afeissa, L’esthétique de la charogne, éditions Dehors, 2019 []
  9. Alexandre Costanzo, Daniel Costanzo, Philippe Roux. « Édito » in De(s)générations, n°24 « Corps, postures, procédures ». Paris, édition Jean-Pierre Huguet, 2016, pp. 1-2. []
  10. Raphaël Cuir, « Dissèque-toi toi-même, portrait de l’artiste en Silène Post-humain » in Ouvrir couvrir, éditions Verdier, 2004, pp. 83-123. []
  11. Ibid. []
  12. Ibid. []
  13. Marion Laval-Jeantet, Paolo Stellino et Guillaume Bagnolini, Bioart et éthique. Éditions CQFD, 2019 []
  14. Eleanor Heartney « kiki Smith en son jardin secret » in ArtPress n°471, Novembre 2019, pp. 47-51 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.